Il faut que je sois tout à fait honnête. Avant l'année 2008 je ne croyais pas aux guides, aux anges, ou à des entités quelconques capables de nous aider à mener notre barque au mieux dans les tempêtes et les courants. Pourtant j'étais tombée dans la potion magique (c'est le cas de le dire) de l'ésotérisme depuis mon adolescence, et rien, croyais-je ne pouvait plus me surprendre. J'avais expérimenté vraiment toutes sortes de choses, car je suis curieuse de nature et plutôt ouverte. Mais toutes ces expériences s'accommodaient avec ma conception vibratoire du monde. Des phénomènes de poltergeist ? Rémanence ! La mediumnité ? Une connexion vibratoire entre deux sagesses supérieures, entre deux auras ! La télépathie ? Une histoire d'ondes ! Un rituel de protection ? On intervient sur les courants d'énergie pour les modifier. Et ainsi de suite.... La physique quantique elle-même me donnait raison, puisque tout était vibratoire, y compris la matière.

Les anges restaient donc une invention confortable de l'homme pour se sentir tant soit peu accompagné et protégé, un peu moins petit, un peu moins fragile, face à l'immensité de l'univers et son caractère aléatoire. Le reste, c'était des histoires. Au sens propre. Sympathiques, utiles parfois, mais des histoires. Des légendes.

Et puis, de fil en aiguille, de lectures en rencontres, d'ouvertures en ouvertures... Je vous passe le cheminement et les ruses que les guides ont déployé pour m'amener à douter de mes doutes, et à être ouverte à croire autre chose que mes certitudes, car il faudrait encore au moins trois articles, pour évoquer les synchronicités, les frissons, les claques de prises de conscience, les "bon ok ok, on dirait bien que..."

Je me retrouve à apprendre à communiquer avec les guides.

Il s'agit d'êtres qui sont pures consciences, pure énergie (je n'avais donc pas tout à fait tort haha !). Ils ont parfois été incarnés, parfois jamais. Ils se situent sur un plan de conscience différent, au-dessus de nos corps (corps physique et corps subtils), puisqu'ils n'ont pas de corps. Ils n'ont pas de genre et pas de nom, ils se reconnaissent entre eux par leur signature vibratoire. 

Ils sont là exprès pour nous aider, donc ils n'attendent qu'une chose, c'est qu'enfin nous soyons conscients de leur présence, c'est qu'enfin nous ayons le désir de les contacter, de les écouter, de bénéficier de leur guidance supérieure. Ils éprouvent pour les humains un amour infini, inconditionnel, sans jugement.

L'état de conscience qui correspond à la communication avec les guides est un état de conscience modifié par rapport à l'état de veille "normal", mais il ne demande pas une transe profonde, ni un entraînement de plusieurs heures par jour. La communication avec les guides est normale, évidente, et accessible à tous. En réalité, que vous en soyez conscients ou non, vos guides vous envoient des messages en permanence. Sous forme de citations inspirantes, de livres, d'un conseil d'ami, d'une chanson à la radio, etc. Et là il y a trois catégories de personnes : ceux qui sont endormis dans leur vie quotidienne, aveugles et sourds, mais qui, par facilité ou souplesse, se laissent guider sans le savoir ; ceux qui, consciemment ou non, refusent les messages de l'univers et s'épuisent en permanence à nager à contre-courant ou à essayer d'ouvrir à coups de tête des portes qui resteront fermées pour eux ; ceux qui acceptent consciemment la guidance et se laissent porter, parce que lorsqu'on est aligné avec son soi supérieur et ses guides, le courant naturel des choses nous porte toujours vers ce qu'il y a de mieux pour nous.

Au-delà de cette guidance subtile, de ces intuitions, de ces fulgurances qui ne s'expliquent pas forcément, ou parfois après coup, grâce aux synchronicités, il est possible d'entrer en communication de façon directe avec les guides, et de leur poser des questions, afin d'être éclairés sur le sens de ce que nous sommes en train de vivre, et guidés dans nos attitudes et postures vis à vis des épreuves que la vie nous envoie. Je vais faire une petite digression au sujet des épreuves. Le mot é-preuve signifie simplement "qui permet de faire ses preuves". Comme une épreuve sportive permet à l'athlète de se dépasser, une épreuve de vie permet à notre âme de se raffermir et de poursuivre son évolution. Si nous donnons du sens aux épreuves, si nous comprenons l'enseignement, la force qu'elles sont censées nous apporter, nous en sortirons forts d'une nouvelle lumière. Les guides peuvent nous y aider.

Pour communiquer avec vous, les guides peuvent utiliser tous les canaux qui existent, mais ils vont la plupart du temps se servir de celui qui vous est le plus accessible, le plus naturel, et surtout le plus complet, le plus riche, afin de pouvoir vous communiquer des messages suffisamment fins, clairs et précis. Certaines personnes entendent les guides dans leur tête, comme lorsqu'elles se souviennent des paroles de quelqu'un. La personne n'est pas vraiment là à vous parler, mais vous pouvez vous souvenir de sa voix et de ses mots comme si vous étiez en train de les entendre à cet instant. Certaines personnes voient des séries d'images, qui font sens, comme une bande-dessinée, ou plutôt comme un rébus, parce que c'est à nous la plupart du temps de décoder. D'autres personnes vont avoir divers ressentis dans leur corps. D'autres enfin, et c'est mon cas, vont recevoir les messages sous forme d'impulsions énergétiques. Quoiqu'il en soit, c'est avec notre cerveau droit que nous recevons en premier lieu les messages. Et c'est au passage cerveau droit cerveau gauche (pour les droitiers) que nous les transformons en mots issus de notre langue et de notre niveau de culture. Communiquer avec un guide est de toute façon toujours une opération de traduction. En italien un proverbe dit "traduttore, traditore". On joue ici sur les sonorités pour dire qu'il y a inévitablement une déperdition au moment de traduire. Littéralement cela signifie : traduire, trahir. Ce que je veux vous dire, c'est que tout le monde peut entrer en contact avec des guides, mais qu'il convient d'être vigilant au moment de restituer le message reçu, en particulier si c'est un message pour quelqu'un d'autre. Il n'y a pas de mauvais medium. Il y a des logiciels de traduction plus performants que d'autres.

Une fois que j'eus réalisé les exercices préparatoires, établi un premier contact, et enfin identifié mon canal de communication (l'écriture), toujours pas totalement convaincue, je commençai des protocoles de "transmission" ou channeling.

Je recevais donc des messages sous une forme vibratoire, comme des impulsions électriques dans mon cerveau, et je tâchais de les traduire en mots, que je notais au fur et à mesure. Mon protocole était le suivant : je me préparais vibratoirement, j'appelais mon guide du moment, ou un guide "le plus élevé possible dans la lumière", j'écrivais dans mon cahier de connexion son nom, et ma première phrase ou question, je me mettais en réception, et je notais ce qui venait. Il ne s'agit pas d'écriture automatique. J'étais consciente de décider d'écrire tel mot plutôt que tel autre parce qu'il correspondait plus à ce que je pensais avoir réceptionné comme message.  J'avais totalement conscience d'être une traductrice. Parfois, je ne trouvais pas de mots pour exprimer correctement ce que j'avais reçu, et dans ce cas par exemple, je mettais trois mots accolés pour essayer de rendre la nuance et la finesse du propos. Au début, que ce soit en recevant des concepts, des mots clairs, des pensées, ou des images, on se dit inévitablement : "c'est dans ma tête ! J'invente ! Je me fais des films. Et ça n'a ni queue ni tête". Mais plusieurs expériences m'ont convaincue que cela ne pouvait pas être dans ma tête. D'abord, le fait que si, à la fin de ma transmission, je refermais directement mon cahier, sans me relire, j'étais incapable de dire de quoi nous venions de parler. Incapable de raconter à quelqu'un la teneur de ce que je venais pourtant d'écrire. Le thème même ou des généralités y afférant ne me revenaient pas. Ensuite, à plusieurs reprises, les réponses de mon guide m'ont littéralement scotchée car jamais, si cela avait été mon mental, je n'aurai imaginé cette réponse. Enfin, il m'est arrivé de recevoir des mots que je ne connaissais pas (le nom de mon guide en vietnamien), ou des expressions que je n'avais jamais entendues dans le contexte précis où elles étaient utilisées par mon guide, mais qui faisaient référence à quelque chose de précis et vérifiable (par exemple, une fois que je posais une question sur le Christ, mon guide m'a répondu en le désignant par le terme "le fils de l'homme" ; or, pour moi il était le fils de Dieu et j'ai trouvé cette expression étrange... Jusqu'à ce que je la retrouve dans des livres pointus au sujet de Jésus et que j'apprenne qu'on le surnommait en effet parfois comme ça). J'ai finalement arrêté de lutter avec mon mental et accepté l'expérience. 

Les messages reçus font toujours mouche. Ils mettent toujours en lumière ce sur quoi nous aimerions bien mettre un mouchoir, la poussière sous le tapis... Les guides ont un humour très particulier et ils se moquent gentiment de nos faiblesses, de nos contradictions, de nos incohérences. Mais ils ne vont jamais provoquer en nous de sentiments négatifs. Ils ne vont jamais provoquer la peur, le ressentiment, la honte ou l'indignité. Ils pointent ce que nous avons besoin de voir, ce dont nous devons prendre conscience, en respectant totalement notre libre-arbitre et sans aucun jugement. Les guides ne vous diront jamais "il faut" ou "tu dois". Mais ils seront clairs sur les conséquences attendues si vous faites tel choix plutôt que tel autre. Après libre à vous de choisir votre récolte... et de semer en conséquence. Si vous souhaitez vous initier au channeling, je vous conseille de lire d'abord quelques ouvrages écrits sous la dictée des guides, il en existe pas mal. Mes préférés sont ceux de Sanaya Roman et Duane Parker. Mais lisez plusieurs "auteurs" différents (je mets le terme "auteur" entre guillemets puisque dans ce cas, les vrais auteurs sont les guides et ceux qui publient le livre ne sont que des transcripteurs) car cela vous permettra de reconnaître, au-delà des différents styles de guides, ce qui fait leur touche particulière, ce ton spécifique qui leur appartient, cette tessiture qu'on retrouve diversement dans toutes les transmissions. Cela vous permettra de la reconnaître également lorsque vous recevrez et transmettrez vos premiers messages et d'accepter plus rapidement le fait que oui, vous êtes bien en train de communiquer avec un guide et pas de vous taper un délire avec vous-même.

Nous avons des guides attitrés, qui nous suivent tout au long de notre vie, un ou plusieurs (dont un est surnommé ange gardien dans certaines traditions), et des guides ponctuels, qui se présentent à nous à des moments précis de notre vie, parce qu'ils sont "spécialisés" dans un domaine dont nous avons besoin à ce moment-là. Il m'est arrivé de dialoguer avec un "guide" une fois, qui n'est plus jamais venu. Il m'a d'ailleurs expliqué pourquoi il s'était présenté (et pourquoi avec ce style si particulier) mais cela fera l'objet d'une prochaine note.

Lorsqu'un guide se présente, son énergie se "colore", prend une certaine connotation, afin de nous envoyer un signal, une sorte de préparation du terrain, pour qu'on comprenne le "genre" de travail qu'il va faire avec nous. Les guides peuvent donc adopter n'importe quelle forme, choisir un genre masculin ou féminin, faire référence à votre univers onirique ou cinématographique, utiliser les couleurs, sons, odeurs et sensations, pour "donner le ton". Ne vous étonnez donc pas si quand vous contactez votre guide pour la première fois, vous voyez apparaître gandalf, un dieu grec, ou un moine encapuchonné. Ce sont là des archétypes, et c'est la symbolique qu'ils véhiculent qui nous intéresse. Même principe pour le nom. Ils n'ont pas de nom mais parfois, quand on leur demande un nom, ils nous en donnent un, car ils savent que les humains en ont besoin. Et ils vont choisir ce nom de la même façon que l'apparence, en fonction du travail qu'ils ont à faire avec vous. Pendant longtemps, j'ai discuté avec une guide qui se présentait sous une forme assez orientale, qui me donnait l'impression d'une danse des voiles, et qui s'est présentée sous le nom de Luu ly Minh. Je n'étais pas sûre de luu ly, mais luu oui. Je n'avais jamais "entendu" ces mots et je ne savais même pas s'ils existaient quelque part dans le monde. Après quelques recherches il s'est avéré que minh voulait dire "lumière" en vietnamien, luu "grenade" et luu ly "myosotis". Je n'ai jamais été en contact de près ou de loin avec le moindre mot de vietnamien. Comment expliquer que mon cerveau ait pu "fabriquer" ces mots, que non seulement ces mots aient un sens, mais qu'en plus ils aient un sens en lien avec mon expérience (lumière) et plus encore un sens particulier pour moi : grenade et myosotis sont des symboles forts pour la franc-maçonne que je suis. Il s'est avéré d'ailleurs, pendant tout le temps qu'ont duré nos échanges, que mon guide a souvent utilisé des métaphores maçonniques, ou fait référence à cet univers, pour me faire comprendre ses messages et rendre ses enseignements plus percutants pour moi.

Une autre fois, un guide s'est présenté sous le nom d'Obiwan. Oui, oui ne riez pas. Obiwan Kenobi, le retour du Jedi, toussa toussa... Mais qu'est-ce que la force sinon la métaphore du pouvoir de l'énergie et de la conscience ?

Parfois, ils ne répondront pas du tout quand vous demanderez un nom. Parfois il n'y aura pas d'image non plus. Juste des sensations.

Pour favoriser le contact, et la montée de votre conscience jusqu'au niveau vibratoire où le guide pourra lui, descendre, il est important de ne pas plomber vos corps, dans les heures qui précèdent la transmission, avec des nourritures trop riches, trop incarnées, trop denses (viandes, sucres, céréales). Il est important également de ne prendre aucune substance susceptible de modifier la chimie du cerveau car cela créerait des interférences avec les ondes émises par les guides, des parasites et de la confusion dans le message reçu : pas d'alcool, pas de drogues, pas de somnifère... En revanche, buvez beaucoup et gardez de l'eau à portée de main. Pour monter, vous allez augmenter la quantité de feu en vous, tandis que le guide lui, a besoin de l'eau pour se densifier un peu et descendre à votre rencontre. Du coup le verre d'eau aide les guides à descendre, et vous sera indispensable pour calmer le feu ensuite Au début, les échanges ne vont sans doute pas durer très longtemps. N'insistez pas. Vous risquez d'ailleurs de vous sentir très fatigué après vos premières transmissions. Ecoutez votre sagesse et reposez-vous. Le fait d'allumer une bougie ou un peu d'encens peut vous aider, bien que personnellement je n'en ai jamais eu besoin.

Si vous disposez déjà d'un protocole pour une première prise de contact, n'oubliez pas que lorsqu'un guide se présente, il convient de lui poser deux questions :

- Est-ce que tu viens de la lumière ?

- Est-ce que tu es le guide le plus élevé possible pour moi aujourd'hui ?

A la première question, le guide si c'en est un ne peut répondre que "oui". De diverses façons, comme nous l'avons évoqué ci-dessus au sujet des canaux d'expression. Vous pouvez voir un oui sur votre écran mental, vous pouvez l'entendre comme par télépathie, vous pouvez le sentir dans votre plexus ou ailleurs dans votre corps, ou par un frisson caractéristique, et il peut aussi vous dire oui par un "geste" symbolique. Une fois, j'ai reçu une figure masculine austère, en robe de bure foncée, encapuchonnée si profond que l'on ne pouvait distinguer son visage. C'était assez impressionnant et je me suis empressée de poser ma question, même si je n'étais pas fondamentalement effrayée. Il m'a répondu en rendant sa robe de bure plus claire, plus lumineuse, elle tirait désormais vers le beige.

A la deuxième question, théoriquement la réponse est oui également. Mais parfois, pour une raison précise, ce ne sera pas le cas. La figure qui se présente peut être un facilitateur pour que le guide prévu puisse s'ajuster à notre énergie, ou un messager ponctuel pour faire la transition, nous donner quelques conseils précis et nous aider à faire de meilleurs choix d'attitude ou d'alimentation pour que le guide plus élevé puisse nous rejoindre.

Le protocole complet et précis que j'utilise depuis des années fera l'objet d'une prochaine note. En attendant, pour vous préparer au mieux, surveillez votre alimentation, buvez beaucoup, pratiquez des exercices pour élever votre taux vibratoire, nettoyez-vous avec du reiki ou une douche énergétique et faites, une fois par jour, un exercice de focalisation : vous portez votre attention sur un objet et restez totalement focalisé sur lui pendant quelques minutes : vous l'observez, l'étudiez, entrez en contact avec sa forme, sa couleur, sa matière, sa texture, sa température, sa façon d'entrer en relation avec le monde qui l'entoure, et pour finir vous essayez de projeter votre conscience à l'intérieur de l'objet. Attention cet exercice peut vous épuiser car notre système énergétique n'est pas habitué à mobiliser son attention de cette façon. Ce n'est pas grave... L'occasion de profiter d'une bonne petite sieste.

Oui, les guides existent. Non, vous n'êtes pas seul. Vous êtes aimé, accompagné, protégé, soutenu. Ouvrez vos yeux, vos oreilles, votre cœur et votre conscience. Tout est là. Tout a toujours été là.