Rz_27

En ce moment, après quelques semaines de nettoyage intense, plus subi que voulu, sur les plans émotionnel, karmique et relationnel, j'arrive à lâcher. A sourire pour rien (la pratique du demi-sourire !). A croire que vraiment tout ira bien parce que je suis guidée et que je ne suis pas seule.
"Si tu dis SEULE, tu es seule". M'ont dit un jour mes guides. Facile à entendre. Mais la mise en pratique... Bref...
Aujourd'hui je choisis d'aller à la banque. J'ai failli écrire "je dois". Mais on a toujours le choix. On ne "doit" rien à personne.
Rebref.
Me voilà partie. Depuis que je fais du reiki, il y a toujours une place de parking pour moi quand je vais quelque part. C'est une façon pour l'univers de me confirmer que je suis au bon endroit au bon moment. Et j'y suis attentive. Si je ne trouve pas rapidement, c'est soit qu'il est important de décaler un peu (même d'1/2h), soit que vraiment ceci n'est pas ma voie. Et ce, même si je reste libre de m'y perdre. Le libre-arbitre ça vous dit quelque chose ?
Re re bref.
Je remonte la rue où ma banque est installée.
Je m'éloigne sans avoir trouvé la précieuse place. Je m'interroge. Hum, groumpf. Je suis vraiment trop loin là. Je me résigne à faire un tour d'immeuble, pour voir. Et juste à ce moment là sur ma droite, clignotant. Tellement au moment même où je passais que ça a failli être trop tard.
Tout en me disant que je suis quand même un peu loin (heu les parisiens comprendront pas : loin pour moi c'est quand on passe au deuxième pâté de maison), enfin pas pile devant comme c'est le cas d'habitude, je me gare, et en même temps quelque chose en moi se dit "bah ce n'est sûrement pas pour rien. Il y a une raison à ça. C'est comme un jeu. Si tu te laisses guider tu iras jusqu'au trésor".
Je fais mes corvées. Je parviens à les faire avec le sourire. Je n'ai plus rien sur mon compte. Je suis déjà à découvert. Pour payer le loyer il a fallu forcer le virement. Qu'importe. J'ai réussi à sourire. Je retourne à la voiture. Je remarque (en fait j'avais déjà remarqué en me garant mais sans m'y arrêter) que je suis exactement devant un magasin de deco que j'affectionne. Je suis attirée par la vitrine. Bon comme toujours en fait. Je n'ai pas d'argent. Inutile d'entrer. Mais je craque sur une paire de voilages exposés. Vraiment. Je me souviens de mes cours sur la loi d'attraction. Il faudrait que je m'en souvienne plus souvent. On t'explique que moins tu as les moyens, plus tu dois faire comme si tu les avais (ATTENTION IL NE S'AGIT PAS DE VIVRE À CRÉDIT OU DE DÉPENSER N'IMPORTE COMMENT, c'est juste une attitude intérieure). Donc j'entre demander le prix. 175 euros la paire de voilages. Gasp. Je manque de m'étrangler. Et puis non. Je souris. "Je pourrais si je voulais. Si je décidais de les acheter, je pourrais"
Je continue mon petit tour. J'aime ce qui se dégage des objets. Je pose une ou deux questions à la vendeuse. Puis on parle un peu plus. On se reconnaît d'une certaine façon (sensibilité à la protection de l'environnement, au subtil, au vibratoire). Elle me fait découvrir une nouvelle gamme de bougies de haute qualité, entièrement naturelles, parfumées aux huiles essentielles, qui viennent directement des États-Unis. 15 euros la bougie. C'est cher pour une bougie, mais je ne serai ni plus riche ni moins riche. Je décide d'en prendre une. J'en viens à évoquer mon métier, je ne sais pas pourquoi. Le peu que je dis l'interpelle. Elle me fait développer. Ça lui parle. Son visage a pris une très légère nuance rosée dont elle n'a pas conscience et qui signifie qu'il y a un élan, une émotion, quelque chose qui est de l'ordre du vital et du subtil. Je le note mais sans plus. Ce n'est pas à moi de faire le chemin. Je déroule mon fil. Je termine en disant que je suis maître enseignante de reiki.
Elle crache le morceau.
"Ça fait plusieurs années que je suis attirée par ça. J'ai beaucoup de gens autour de moi qui pratiquent mais je n'ai jamais trouvé quelqu'un qui me convienne vraiment pour l'initiation".
Sourires de part et d'autre.
Je lui ai laissé ma carte.
Je suis partie après avoir lâché : "je comprends mieux pourquoi je me suis garée juste là".